Le blog d'une psychologue... (commentaires bienvenus!)

Les impacts psychologiques de la crise sanitaire

 

“La liberté est un état de grâce et on n’est libre que pendant qu’on lutte pour elle”

L’ombre de ce que nous avons été - Luis Sepulveda

 

 

 

 

 

Nous traversons une crise sanitaire sans précédent  dans le monde depuis l’apparition de la Covid-19 en janvier 2020. Le confinement a chamboulé la santé mentale d’une personne sur trois, essentiellement chez les 18-44 ans selon une étude réalisée par l’Institut Nationale de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC).

Isolement, couvre-feu, confinement … ont des conséquences néfastes sur la santé psychologique des individus conduisant à une véritable détresse psychologique pour 37%  d’entre eux qui déclarent que « leur équilibre psychologique a vacillé pendant le confinement ».

On peut mettre en exergue plusieurs facteurs qui ont expliquent cette détérioration mentale :

  • Baisse de revenu

  • Perte d’emploi

  • Réduction des heures de travail

  • Contraintes liées à la réorganisation du travail

  • Conditions d’isolement

 

Les conséquences psychologiques du confinement sont variées et d’autant plus marquées depuis le deuxième confinement décrété au mois de novembre 2020.

Cette période d’isolement résonne comme un enfermement et en cela renvoie à une privation de liberté et à un sentiment d’impuissance.  On retrouve dans un discours commun la douleur liée au ralentissement de notre existence, à une désocialisation, à nos restrictions dans tous les actes de la vie quotidienne. Les routines si équilibrantes  et structurantes pour notre psyché se sont vues bouleversées par la rupture des rythmes et horaires habituels  et nos capacités d’adaptation ont été mises à rude épreuve.

Le confinement a provoqué de nombreux troubles, et parmi ceux-ci on déplore l’apparition ou la majoration de troubles anxieux (peur de la maladie renforcée par les médias)ainsi qu’une majoration de troubles addictifs (alcool, psychotropes, nourriture…). On note des troubles de l’humeur (irritabilité, sentiment de colère) et pire, des passages à l’acte. En effet, il a été observé une augmentation des violences domestiques et des comportements à risques.

 

Les troubles anxieux

 

Ils sont majorés par le sentiment d’insécurité lié à la peur de l’infection et des modalités de confinement. Pour certains sujets souffrant d’anxiété généralisée c’est l’angoisse de la mort qui est réactivée par la pandémie. Par ailleurs, l’anxiété augmente en lien avec les incertitudes économiques qui constituent une véritable menace pour l’avenir. Le manque de clarté des informations fournies durant cette période par les autorités et les médias favorisent l’émergence des fragilités psychiques. L’association du sentiment d’impuissance et de perte de contrôle de la situation provoquent un risque important d’apparition des symptômes anxieux (pendant et après la période de confinement et de couvre-feu). Il faut rappeler que les liens sociaux, amicaux et affectifs sont essentiels à notre équilibre psychique. La difficulté, voire l’impossibilité pour certaines personnes de garder ces liens ne peut que fragiliser cet équilibre. Voici quelques symptômes d’anxiété les plus courants apparus pendant la période de la crise sanitaire : 

  • un état de nervosité

  • des sentiments négatifs : peur, méfiance, frustration, agressivité, une lassitude

  • des manifestations psychosomatiques

  • des troubles du sommeil

  • un absentéisme professionnel

  • une diminution, voire un évitement du contact avec les autres.

Ces manifestations peuvent se chroniciser et amener à un état dépressif, ou même à un état de stress post-traumatique.

Une majoration des troubles dépressifs fait partie des conséquences psychologiques du confinement et du contexte actuel. D’une part l’épidémie réactive la peur de la mort pour soi et pour ses proches, et d’autre part les mesures sanitaires nécessitent des efforts de réadaptation considérables. Le paradoxe réside dans le fait que même si le confinement et la distanciation sociale sont perçus comme des facteurs de protection, dans un même temps ils bouleversent les repères et provoquent l’isolement et un sentiment d’impuissance. Lorsque le confinement perdure, l’ennui et le fait de ne plus être professionnellement et socialement valorisé viennent s’ajouter aux difficultés psychiques. Par ailleurs, la limitation de l’accès aux soins médicaux et psychiatriques contribue à l’aggravation de la dépression.

 

Les troubles du comportement alimentaire (TCA)

 

L’augmentation du stress, de l’anxiété, de la dépression pendant cette période de crise sanitaire constitue un risque du développement, d’aggravation ou de rechute de troubles du comportement alimentaire (TCA). Nous avons noté une apparition chez certains sujets de restrictions alimentaires mais également à l’augmentation de crises d’hyperphagie qui sont le fruit de compensations aux difficultés émotionnelles par l’alimentation. De plus, la réduction d’activité physique a favorisé une prise de poids qui peut en conséquence susciter des restrictions alimentaires : ce schéma mène insidieusement à l’installation d’un cercle vicieux.

 

La recrudescence de violences

 

Conduites addictives, violence conjugale et violence à l'égard des enfants sont aussi les tristes con

séquences psychologiques en cette période de Covid-19.

Comment parler au mieux de cette situation aux enfants ?

 

 

Plus que parler, il est important d’écouter ce qu’ils ont à dire, répondre à leurs questions

avec sérieux, simplicité, considération et précision, sans rajouter des détails qu’ils ne demandent pas. Il faut être à l’écoute pour déceler ce qu’il y a sous l’iceberg et sous les mots des plus jeunes, mettre en évidence et normaliser les émotions qui sont sous-tendues. Faire sentir que « oui » la situation est grave, mais que nous avons les capacités pour y faire face.

 
 

La nécessité de mettre en lumière le “meilleur” de cette crise

 

Cette crise sans précédent est un défi car comme toute situation dans ce genre elle peut conduire au meilleur comme au pire, engendrant dans tous les cas des modifications profondes. Chacun à son niveau peut naturellement œuvrer pour que de ce défi ressorte le meilleur.

En effet, cette situation permet une transformation de la hiérarchie de nos valeurs en faveur de la solidarité, la reconnaissance de l’importance des liens et l’apprentissage de l’interdépendance en profondeur au niveau individuel et collectif, et aussi l’introspection, conduisant à une meilleure écoute de soi et donc des autres. C’est aussi l’occasion de développer  des compétences de communication, valoriser l’entraide, comme on le voit déjà depuis plusieurs mois au travers de différentes initiatives.

Il est conseillé de prendre du recul sur les différentes situations et atténuer les effets du stress lorsque c’est possible. Il faut comprendre que l’anxiété est normale dans une situation menaçante. Lorsqu’elle est trop importante, elle rend plus complexe la mise en place de comportements visant à réduire l’anxiété. Cela veut juste dire qu’il peut être nécessaire d’aborder un travail, d’abord au niveau émotionnel, pour que les bons comportements suivent. A un certain niveau, le travail émotionnel est difficile à pratiquer seul et peut nécessiter de se faire aider par un professionnel. Cela souligne l’importance de mettre ce soutien à la disposition du plus grand nombre.

 

Quelques conseils pour garder (au mieux) le moral

 

Se libérer des pensées négatives

 

Un premier test consisterait à savoir si vous avez le contrôle sur vos pensées.

Niveau 1 : Un exemple simple serait de fixer votre attention sur un objet (exemple : une chaise) et demesurer combien de temps votre esprit reste fixé sur celui-ci sans qu’il y ait apparition d’idées parasites autour de celui-ci. Si le temps de focalisation est relativement court (moins d’une minute) cela traduit des difficultés à gérer son flux de pensées. Répéter cet exercice chaque jour peut aider à discipliner son attention et donc son pouvoir de gestion des pensées. Cet exercice conduit au “stop pensées négatives”.

Niveau 2 : L’avantage d’avoir expérimenté le niveau 1 permet de conscientiser l’existence de pensées négatives et difficilement contrôlables pour pouvoir mieux les discipliner. À partir du moment où une pensée négative apparaît, posez-vous la question suivante : “est-ce que cette pensée que j’ai là maintenant est utile, dans ce contexte actuel ?”.

Si la réponse est non, si on ne peut pas agir dessus tout de suite, alors cette pensée générera un stress inutile. Dans la grande majorité du temps, vous vous rendrez compte que la réponse est non, cette pensée n’est pas utile. Si c’est le cas, vous stoppez cette pensée, vous appuyez sur “pause”. Une fois que c’est fait, vous y mettez à la place une pensée positive (une expérience valorisante, un souvenir heureux, une projection sereine…).

Si la réponse est oui, et que cette pensée est utile maintenant, alors là, vous pourrez bien entendu passer à l’action. Le fait de passer à l’action est précisément une antidote à la peur et aux pensées négatives. Si je passe à l’action, je suis déjà à un autre endroit. Ce schéma est à répéter autant de fois que nécessaire, car chaque pensée négative déclenchera systématiquement, du moins au départ, ce cercle vicieux. Par conséquent, il faut renouveler cette expérience du “stop pensées” autant que nécessaire, jusqu’à ce que vous vous retrouviez dans une pensée neutre, voire productive. En complément, cet exercice va vous permettre de revisiter votre discours intérieur qui était probablement plutôt négatif et qui va devenir plus positif et donc créatif pour vous.

 

Faire la paix avec votre petite voix intérieure

 

Premièrement, faites une liste de dix choses qui alimentent en vous du stress, de la peur, de la colère, de l’amertume… Ensuite, je vous propose d’en choisir une, celle qui vous apparaît comme la plus défavorable dans l’ici et le maintenant et sur laquelle vous avez envie d’agir. En partant de cette idée négative, je vous propose d’y mettre à la place un discours bienveillant, empathique, positif en lieu et place de ce discours défavorable (vous avez le droit d’être inventif). Une fois cette étape réalisée, répondez aux cinq questions suivantes qui valideront que cette nouvelle pensée est bien bénéfique :

  • Est-ce que cette phrase intérieure est rédigée de façon affirmative ?

  • Est-ce que cette phrase est rédigée au présent ?

  • Est-ce que cette phrase est bienveillante ?

  • Est-ce plausible, crédible pour vous ?

  • Est-ce réalisable dans un court terme ou dans le présent ?

Après un temps d’assimilation, décidez de ce que vous voulez mettre en action ici et à partir de maintenant.

Il est essentiel de prendre conscience que nos pensées négatives sont un véritable handicap dont nous n’avons que rarement conscience mais qui modifient pourtant notre rapport à nous-même et au monde qui nous entoure. En prendre conscience est déjà le début d’un changement considérable. Mais comme toute cognition, ces schémas de pensées se modifient avec la répétition d’exercices mentaux : c’est une discipline émotionnelle, une rééducation du cerveau, accessible à chacun d’entre nous. Le travail du thérapeute consiste notamment à identifier les points de blocage pour que vous puissiez les transformer en pensées neutres, voire positives.

Un arrêt sur le Burn-out

 

" L'un des symptômes d'une proche dépression nerveuse est de croire que le travail que l'on fait est terriblement important."

 

 Bertrand Russel. 

 

Depuis le début de mon exercice en libéral, et bien avant d'intervenir au sein de différentes entreprises, j’ai pu constater que de nombreux patients parlaient de leur travail tout autant ou presque que de leur vie personnelle, de leurs relations familiales ou de leur vie intime.

 

Parmi   les personnes qui se heurtent à des difficultés dans leur contexte professionnel, on retrouve des victimes du syndrome du burn-out, qui est l'aboutissement final du stress au travail.

 

La majorité des chercheurs définissent le syndrome comme un état présentant un épuisement émotionnel, une fatigue intense, un sentiment d'impuissance voire de désespoir, une dévalorisation de soi.

L’irritabilité, le détachement et le repli sur soi complètent le tableau clinique.

 

Les personnes ayant une forte responsabilité et qui sont dotées d'un grand sens du devoir, mais qui sont également très investies dans leur activité professionnelle sont plus exposées que d'autres au burn-out.

 

C'est en écoutant les patients relater leur expérience douloureuse, exprimer leur mal-être et faire état du climat délétère dans lequel il exerçaient que nous avons su analyser et comprendre les mécanismes qui font du monde du travail un danger potentiel pour la santé publique, dans une société de performance  et de crise de l’emploi qui entrave le sentiment de stabilité. 

Cela se vérifie d'autant plus dans un contexte de crise économique, qui accentue les conflits au sein des équipes et qui creuse les désaccords entre les salariés et leur hiérarchie. 

 

Le manque de reconnaissance est largement évoqué parmi les témoignages que nous livrent les patients; de même que les conflits internes génèrent des contrariétés qui s'accumulent jour après jour;  ils   déplorent majoritairement un manque de solidarité, de confiance entre les membres d'une même équipe.

 Ils subissent les affres d’une perte de cohésion entre eux et avec leur direction qui semble les avoir abandonnés à leur poste.  

Epuisée, ébranlée dans ses fondations et ses convictions, la personne a tendance à faire des erreurs, à s'isoler, et ne trouve plus de moyens de se défendre contre les pressions et les hostilités qui l'assaillent de toutes parts.  

 

D'un point de vue global la responsabilité des entreprises nous semble engagée dans la prévention des risques psychosociaux au travail, et particulièrement ceux ayant trait au burn-out.

 

On estime que 10% des personnes actives sont atteintes par ce syndrome, chiffre en constante évolution.

 

Ce phénomène  se rencontre a fortiori  de manière croissante dans notre pratique, aussi je tenais à faire un focus ce mal moderne, résultant d'un stress chronique au travail.

 

Quelles sont les manifestations du burn-out?

 

Si vous avez le sentiment d'être "consumé", 'vidé" de l'intérieur, si vous avez tendance à vous dévaloriser, à douter de vous et de vos compétences, si vous pensez ne jamais être à la hauteur, que vous n'êtes plus efficace, mais également que vous devenez cynique vis-à-vis des autres, de votre travail, de la vie... alors vous êtes peut-être menacé par le syndrome du burn-out, à moins que vous n'en soyez déjà victime.

 

Certaines professions sont plus exposées à cette forme particulière de stress professionnel (professions médicales, sociales; domaine de l'informatique, milieu de la finance, enseignement...) et certains individus  y sont plus sujets.

 

Le burn-out est la signature la plus cinglante qui révèle comment le travail peut épuiser nos ressources vitales dans un environnement de plus en plus compétitif et exigeant.

 

Le syndrome du burn-out s'articule autour de trois composantes principales:

 

- Dans un premier temps il se traduit par un état de fatigue psychologique: la personne souffre d'une perte d'énergie quasi totale, qui se répercute sur la vitalité physique

La personne est épuisée, exténuée, elle est incapable de se détendre et de récupérer. 

Elle manque d'énergie pour faire face à un autre projet ou à une autre personne.

 

Surviennent alors des problèmes tels que des maux de tête, des douleurs articulaires, des troubles digestifs (reflux gastro oesophagiens), troubles du sommeil... 

En fait, la personne s'est surinvestie dans son activité et a épuisé ses ressources peu à peu, sans pour autant retirer une pleine satisfaction et/ou reconnaissance de ses efforts.

 

-Dans un deuxième temps on relève une érosion de l'engagement: ce qui au départ était un travail important, fascinant et gratifiant devient déplaisant, frustrant et insignifiant. Les sentiments positifs tels que l'enthousiasme, la sécurité, le plaisir s'estompent au fil du temps pour laisser place à l'anxiété, la colère voire à la dépression.

 

On souligne un écart significatif entre les valeurs personnelles et celles prônées par l'entreprise, ou celles inhérentes au poste occupé.  Les individus considèrent ce déséquilibre comme une vulnérabilité personnelle alors qu'en réalité c'est l'environnement de travail qui est incohérent.

Survient alors le symptôme de dépersonnalisation, soit l'impression de ne plus rien ressentir, de fonctionner comme un automate.

 

- Dans un troisième temps; l'individu perd confiance en ses capacités.

Il va porter un regard particulièrement négatif et dévalorisant sur ce qu'il fait et ce qu'il est; il devient incapable de faire face aux obligations professionnelles.

Cette composante d'autoévaluation négative du burn-out peut conduire à des états dépressifs importants.

 

Quand faut-il consulter son médecin?

 

Il est difficile de reconnaître les signes d'affectation, de dysfonctionnement de la part de personnes motivées et très investies dans leur travail, précisément parce que ce profil de personnes ne s'écoutent pas...

Pourtant il est primordial d'être attentif aux signaux qui augurent une fatigue et un niveau de stress anormalement élevés afin de prévenir l'effondrement du sujet.

Pour prévenir des risques de burn-out ou tout simplement pour se régénérer, la sophrologie apparaît comme une méthode particulièrement adaptée.

Mais lorsque surviennent des troubles tels que maux de tête, problèmes digestifs, troubles du sommeil, il est urgent de consulter son médecin traitant.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser le burn-out peut survenir lentement, mais les gens laissent se développer le processus jusqu’à tomber malades.

Il es donc important d'établir un tableau clinique du burn-out avec l'aide d'un professionnel et de compléter la prise en charge avec un suivi psychologique.

 

Quelles sont les causes du burn-out?

 

Dans le cas d'un burn-out il est essentiel de s'interroger sur la relation qu'on l'on entretient avec son travail. Voici quelques questions auxquelles nos patients sont invités à réfléchir:

 

Concernant la gestion de mes émotions au travail:

 

- Ai-je l'impression de gérer mes émotions, que celles-ci ne me dominent pas?

- Suis-je plus irritable qu'avant?

- Suis-je en bonne forme physique?

-  J'exprime mes émotions au travail, ou me bien me replis-je sur moi-même?...

 

Concernant mon rapport au travail:

 

- Suis-je toujours autant concentré?

- Ai-je l'impression d'être toujours aussi efficace?

- Suis-je toujours motivé?

- Suis-je aussi entrepreneur qu'avant?

- Les autres me trouvent-ils plus froid ou distant?

- Est-ce que je me sens toujours aussi concerné par les problèmes des autres?...

 

Concernant mon rapport aux autres:

 

- Suis-je aussi à l'aise dans mon approche aux autres?

- Suis-je empathique, fidèle à mes émotions vis-à-vis de mes collègues?...

- Suis-je reconnu pour mes efforts?

- Suis-je déçu par les valeurs de l'entreprise?

 

Et d'une manière plus globale:

 

- Ai-je changé mes habitudes alimentaires?

- Ai-je davantage besoin de café, de thé, de cigarettes pour me tenir éveillé?

- Est-ce que les gens (amis, collègues, famille) me suggèrent de lever le pied?

- Si je devais être tout-à-fait honnête avec moi-même, dirais-je que je suis heureux?

- Est-ce que je m'accorde du temps pour profiter de mes proches et pour mes loisirs?

 -Quelle place ma profession prend-t-elle dans ma vie? ...

 

Ces exemples de questions représentent une étape incontournable dans la prise en charge avant d'aller plus en profondeur dans la thérapie.

 

Quel est le traitement?

 

On soigne le syndrome du burn-out en prescrivant avant tout du repos!

Un arrêt de travail peut effectivement  s'avérer nécessaire si la personne présente des symptômes alarmants.

 

Un traitement médical peut être administré pour rétablir le sommeil, améliorer l'humeur et soigner le corps affaibli.

 

Mais c'est surtout une aide psychologique qui permettra une restauration narcissique, une compréhension et une acceptation de son état. La confiance en soi pourra ainsi être retrouvée.

Le psychologue va aider la personne à  remettre en mouvement la réflexion et  revisiter les aménagements qu'elle a établi avec le travail (temps consacré aux activités professionnelles, au repos, aux repas, aux loisirs...) 

 Ici c'est un contrat avec le thérapeute qui est engagé!

 

Quand on surmonte un burn-out, on en ressort généralement plus fort.

 

Comme toutes les expériences heureuses ou difficiles, celle du burn-out enrichit la personne grâce au regard qu'elle portera ensuite sur ses limites, sur les sens accordé à la vie, sur ses valeurs, mais aussi sur  ses vrais désirs...

 

 

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

La dépression : état des lieux

 

 « La dépression frappe au hasard : c’est une maladie, pas un état d’âme.

– Tahar Ben Jelloun – L’auberge des pauvres – »

 

La dépression est une épreuve qui affecte des millions de personnes à travers le monde (10% de la population selon l’OMS).

On a du mal à comprendre la dépression qui ne se définit pas objectivement par des examens de laboratoire comme on étudierait une maladie physique. Cette maladie fait peur puisqu’elle ne répond à aucune action ou dénouement logique pour la soigner.

La dépression fait peur en premier lieu parce qu’elle bouscule nos repères, et en second lieu qu'elle engendre un retrait de la réalité, qu'elle mène à une perte progressive de l’élan vital et  à un repli sur soi.

Elle s’installe parfois silencieusement, parfois brutalement  à la suite d’un choc ou d’un évènement de vie traumatisant, mais elle produit in fine ce sentiment d’incompréhension et d’impuissance ; on ne sait pas comment la surmonter. Ainsi elle se transforme en un mal étrange et mystérieux qui inquiète, parce qu'elle se dérobe et résiste face à des solutions faciles et claires pour en sortir.

 

Qu’est-ce que la dépression ?

 

Elle se caractérise par trois catégories de symptômes :

  1. La chute de l’humeur  

Celle-ci est le symptôme le plus manifeste et le plus fréquent. La personne déprimée  « n’a plus le moral » et »broie du noir », c’est-à-dire qu’elle a un regard négatif, une vision dramatique de la vie, que ce soit du passé, de l’avenir ou du présent. C’est toute l’existence qui est absorbée par cette morosité et la personne n’a pas la possibilité d’entrevoir « la bout du tunnel ».

Si vous ressentez ces émotions depuis  plus de deux semaines,  je vous encourage à demander un avis à un professionnel de la santé, à commencer par votre médecin traitant, par exemple. Il sera capable de vous éclairer et par là même de vous rassurer en vous expliquant objectivement ce que vous traversez. Après avoir posé  un diagnostic il sera en mesure de vous indiquer les aides psychologiques qui s’offrent à vous et éventuellement de vous diriger vers un psychiatre, psychologue ou psychothérapeute.  Il faut souligner que la prise d’antidépresseurs est loin d’être systématique et nécessaire et en aucun cas cette décision ne doit être adoptée suite à l’établissement clinique d’un état dépressif.

  1. Le blocage

Ce symptôme envahit aussi tous les domaines : relationnel, sentimental, psychologique, corporel. Il se caractérise par la fermeture, le repli sur soi, l’isolement mais aussi le désinvestissement de l’ensemble des activités, des responsabilités, des loisirs. La personne n’a plus envie de rien ; tout devient une corvée, une « montagne ». Une grosse fatigue s’empare du sujet qui perd l’élan vital, la volonté. Le matin, vous pouvez ressentir une grande difficulté à vous lever, à vous « mettre en route ». La perspective d’aller au travail vous rend anxieux et vous avez tendance à vous remettre en question, vous doutez de vous (suis-je performant, suis-je désirable, suis-je à la hauteur, suis-je réellement  un bon parent, un bon mari/une épouse aimable?  En bref, ce sont tous les domaines de votre vie qui  sont mis à mal.

Par ailleurs, le sommeil est perturbé (insomnies, réveils multiples), le transit intestinal se ralentit, de même que l’ensemble des opérations mentales à savoir : la concentration, la mémoire, le raisonnement.

  1. La souffrance morale 

Le déprimé souffre beaucoup de son état dans la mesure où sa conscience est restée intacte. Cette souffrance se traduit par des sentiments d’infériorité, d’échec, un dénigrement de soi, mais aussi des angoisses (surtout matinales), une culpabilité, ainsi qu’une impression pénible d’incurabilité (« Je ne m’en sortirai jamais »), ces sensations peuvent être si intenses que certaines personnes en viennent à avoir des idées noires pouvant aller jusqu’au suicide.

 

Quelques soient les disparités parmi les symptômes énoncés, on peut retrouver quelques invariants tels que : une baisse significative de la libido (baisse du désir), une baisse de vitalité, des troubles du sommeil et de l’appétit (qui se voit augmenté ou diminué), une certaine « anesthésie »,  et une baisse de confiance en soi.

 

En une phrase : vous n’avez plus  la même envie de vivre.

 

La dépression, au-delà d’une manifestation physiologique pouvant accompagner certaines pathologies organiques (infections, traumatismes crâniens, cancers, diabète, types de contraceptions…) et au-delà des facteurs déclencheurs « évidents » tels qu’un divorce, un licenciement, la perte d’un être cher…,  la dépression est avant tout un message que votre corps vous envoie. C’est un symbole qui recouvre une signification unique et intime. Votre enfant intérieur vous dit quelque chose de sa souffrance et c’est à l’aide d’un travail thérapeutique que vous pouvez comprendre et enfin soigner votre douleur.

 

Ensemble, nous pouvons arriver à reconnaitre les fonctions de votre dépression.  En effet, contrairement aux idées reçues, la dépression est loin de constituer une maladie à combattre. Elle incarne plutôt une crise maturante, l’occasion privilégiée de guérir vos blessures les plus profondes.

 

Dans un cadre chaleureux où vos maux seront accueillis et travaillés, nous pouvons mettre à jour la personne que vous n’avez peut-être jamais osé être par peur de déplaire, de déranger,  en faisant ensemble le deuil de certains pans de votre passé.

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires